Le spectacle est en cours de remaniement. Adam travaille aussi sur le CD des musiques et chants qu'il a composé spécialement pour ce spectacle. Un bijou de "musique médiévale d'aujourd'hui" !

 

ET POUR CETTE ANNÉE, LE MOINEAU PICORE UN GRAIN CÉLESTE EN INDE... RENDEZ-VOUS EN JUIN 2014.

François, le moineau d'Assise...

Une adaptation en lecture et musique sur scène par Anna Ballesio et Adam S Callejon,
d’après «LE TRES BAS », de Christian Bobin (aux Éditions Gallimard, 1992).


Sous la plume subtile, aimante et perspicace de messire Bobin, nous assistons à l’envol de François d’Assise. Envol qui semble prédestiné, telle une aube naissante, et que nulle ombre ne peut voiler. Saint François, qui ose vivre d’Amour et d’eau fraîche deviendra le Soleil de cette aube et c’est l’histoire de son zénith qui est racontée ici.
La vie simple d’un homme extraordinaire.
Peut-être l’homme le plus heureux du monde, vivant la plénitude de sa foi intense, dans le plus total dénuement (selon ses vœux), en paix, en harmonie, en amour avec la création et toutes les créatures. Poète, musicien, Saint François instaura les principes élémentaires de l’écologie dans ses poèmes, et son enseignement, invitant tous les humains à l'amour mutuel et au respect de notre mère la Terre.
Toute sa vie, il sera (dans l’action) solidaire des pauvres.
François frère soleil, touchant à son zénith, atteignit les profondeurs de son cœur avec sa joie d’enfant.  Les grillons d’aujourd’hui, dans leurs chants faibles, racontent qu’il y brille encore.

Christian Bobin donne un éclairage particulier à la vie de Saint François, et nimbe son livre d’une poésie qui coule comme un ruisseau.  François à travers l’amour de sa Mère, la colère et le ressentiment de son Père, et sa propre capacité à aimer, évoluera jusqu’à l’état de sainteté.
Cette lecture est une réflexion sur la réflexion, elle nous invite à réfléchir nos propres lueurs, à quitter quelques instants le monde des grandes surfaces pour aller voir en nous ce qui s’y passe.
Le travail de découpage du livre, minutieux et respectueux, assemble au mieux les chapitres élagués et restitue la lumière originale de chacun d’eux.
Le texte n’est pas joué. La voix sobre et tranquille traverse la langue poétique de Bobin, comme un oiseau dans un ciel clair.

 

Cette narration est ponctuée de musiques originales, relatives à l’époque de Saint François (XIIe siècle).Chants et instrumental de style Troubadour et Grégorien, accompagnés à la mandoline et à l’Esraj, (vièle à archet de l’Inde du Nord). Compositeur : Adam S Callejon.